L’interview « Paye ta Ville » avec Malik Djoudi  

malikdjoudi

Malik Djoudi, s’est prêté avant son concert au Printemps de Bourges, au jeu du « Paye ta Ville ». Ex-chanteur de Moon Palace, Kim Tim et Alan Cock, il a sorti cet été son premier album solo, Un, sur le label la Souterraine.

T’habites où ? À Poitiers.

T’y habites depuis combien de temps ? Depuis toujours, même si j’ai bougé pendant huit ans à Paris après avoir grandi à la campagne à Lusignan. C’est à côté de Poitiers.

Ton premier souvenir marquant dans la ville où tu habites ? Les balades avec ma mère quand j’avais 5 ans, à Lusignan dans mon village, où elle m’apprenait à chanter.

Où est-ce que tu vas pour te poser, être seul ? Dans un parc.

Une expression de ta ville que tu aimes bien ? « Ça va Michel ? ». À Poitiers, on s’appelle tous Michel. J’aime bien aussi le mot la « since ». Dans le Poitevin, ça veut dire serpillère.

La ville où t’aimerais habiter ? J’aime bien ma ville mais je passerais bien du temps, un an par exemple, pour travailler à New York. J’aime bien cette ville car elle est grande et très espacée. Ça fait que même s’il y a beaucoup de monde, on a l’impression qu’il n’y en a pas tant que ça. Et puis surtout, il y a un énorme parc au milieu de la ville.

Les bruits de la ville qui t’ont influencé dans tes productions ? Chez moi, j’ai les oiseaux.

Comment s’appellerait ta ville imaginaire et à quoi est-ce qu’elle ressemblerait ? Je sais pas pourquoi, j’ai pensé à « Aquapool » comme ça. Ça ressemblerait un peu à Acapulco et ce serait une ville où il n’y aurait que de l’eau.

Ta ville cauchemar ? Calais. À cause de ce qui s’y passe et puis parce que c’est un peu gris. Ca pourrait être très bien, mais c’est surtout l’actualité qu’il y a là-bas qui me fait penser à ça.

Ce qui t’apaise en ville ? Le café qu’on peut prendre sur une terrasse ou à un bar.

Ce qui t’énerve en ville ? Les gens qui klaxonnent.

Ville de jour ou ville de nuit ? Ville de jour, mais j’aime bien la nuit aussi.

Le lieu urbain où tu voudrais tourner un clip ? Les souterrains.

La petite habitude que tu as quand tu es dans ta ville ? Tout simplement marcher jusqu’au marché et revenir avec mes courses.

Et dans une ville étrangère ? La même chose. Les marchés et les cafés.

Le type de personnes que tu aimes observer à une terrasse de café ? Les gens qui sont seuls et qui lisent. Je trouve ça presque poétique, élégant. Ce sont des gens qui prennent du temps.

La ville où prendre ta retraite ? Quelque part en Mongolie.

La ville ou un quartier où marcher la nuit ? Ipanema à Rio. Plein de gens y marchent la nuit. Il y a beaucoup de scènes qui se passent : des gens qui jouent de la musique ou au foot, qui rigolent, qui font la fête…

Une musique sur la ville ? Le thème de Il était une fois en Amérique.  

Un film sur la ville ? Le film d’Hitchcock, Fenêtre sur cour.

Ta ville rêvée pour jouer un concert ? New York. Probablement dans le quartier de Nassau à Brooklyn.

Ton endroit dans le monde préféré pour voir un live de musique ? Le Carnegie Hall à New York.

La ville que tu préfères pour trouver de la musique ? Londres et San Francisco.

Si tu devais améliorer quelque chose dans la ville dans laquelle tu vis, ça serait quoi ? Le sourire. Qu’il y en ait plus.

Si tu devais remplacer un monument d’une ville par quelque chose ce serait lequel ? Par quoi ? Je remplacerais toutes les banques par des parcs, des salles de concert, des lieux d’éducation.

Une question que tu aurais aimé qu’on te pose au sujet de la ville ? Est-ce que vous aimez votre ville ? Oui je l’aime.


Propos recueillis par Fiona Forte. 

Photo de couverture : © Philippe Lebruman. 

Lis les derniers « Paye ta Ville » avec Boston Bun et T2i

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *