12 - 17 février | Exposition Women and Queers in the Skinhead scene

Sortez les Dr. Martens ! Du 12 au 17 février, La Petite Maison, espace culturel autogéré  du 11ème, accueillera une exposition consacrée à la condition des femmes et des personnes queers dans le mouvement skinhead.  

Assis sur son lit, un homme, jeune et svelte, pose en sous vêtements féminins. Voilà une image éloignée de la représentation classique que l’on se fait du skinhead. Elle décrit pourtant une réalité, celle de la communauté skinhead queer.

Pour apporter une lumière différente sur la culture skinhead et interroger son rapport au genre et à la sexualité, plusieurs artistes évoluant dans ce milieu exposeront photos, illustrations, broderies et planches de tatouages autour d’un même thème : Women and Queers in the Skinhead scene.

Photographie de David Joseph Rustile

L’exposition mettra notamment en valeur les photographies de David Joseph Rustile, artiste américain originaire de Chicago. Il est l’un des représentants emblématiques de la scène queercore, apparue dans les années 80 aux États-Unis. Ce mouvement culturel aussi appelé homocore est une branche du punk en rupture avec les conventions hétéronormatives de celui-ci.

La scène queercore recouvre à la fois un mouvement musical punk, et tout un ensemble d’expressions artistiques, notamment l’écriture, la publication de fanzines ou le cinéma.

David Joseph Rustile a immortalisé cette contre culture tout au long des années 90, en photographiant l’intimité de ses amis et de ses amants, ce qui le rapproche du travail de Nan Goldin, autre photographe américaine qui a exploré l’intimité des contre cultures des années 80-90. Il cultive l’esthétique du voyeur en capturant des scènes érotiques. Ces images permettent une réelle déconstruction du cliché du Skinhead hypermasculin à la peau dure, ne faisant preuve d’aucun sentiment, par le dévoilement de scènes de tendresse.

L’artiste pensait ses clichés plus comme des archives que comme des oeuvres d’art,  et c’est ce qui en fait un témoignage authentique de la culture gay des années 90.

Photographie de David Joseph Rustile

Programme

Lundi 12 février

– 18h : vernissage

– 19h : conférence inaugurale de Gildas Lescop, sociologue ayant écrit une thèse sur « Les skinheads : du phénomène de mode au phénomène social »

Vendredi 16 février

– 18h : Table ronde Gender studies avec le sociologue Sam Bourcier & Lou Hanna (écrivaine, militante et chercheuse en trans et queer studies) qui interviendra sur « Le(s) genre(s), des espaces à occuper ? »

Infos pratiques

12 – 17 Février

La Petite Maison

8 rue Godfroid Cavaignac,

75011, Paris

Horaires d’ouverture de l’exposition : 14h-17h

Entrée gratuite

Photographie de David Joseph Rustile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *